Unité paysagère

Le Comminges pré-pyrénéen

C’est ici que les paysages du département de la Haute-Garonne prennent leurs attaches avec les territoires de montagne.

Le système collinaire devient moyenne montagne et piémont pyrénéen.

identité paysagère

Les éléments de paysages

qui construisent l'identité paysagère de l'unité

  • Structure paysagère
  • Éléments paysagers
  • Motifs paysagers

C’est un territoire de transition entre les secteurs de collines au nord et la chaîne pyrénéenne au sud.

L’unité paysagère s’étage depuis la vallée de la Garonne jusqu’aux premiers sommets pyrénéens. Les pentes s’accentuent, les altitudes se font plus hautes.

C’est une unité bordée de ses reliefs :

  • Au nord, des collines arrondies se succèdent et marquent la limite à la fois fonctionnelle et visuelle avec la vallée de la Garonne voisine.
  • Au sud, les hauts sommets pyrénéens s’annoncent, le relief se marque. Les Pics du Gar, de Cagire et de Paloumère construisent la limite sud de l’unité paysagère. Leur altitude avoisinant les 2 000 m installe cette ambiance pré-pyrénéenne. Leurs silhouettes caractéristiques, et plus particulièrement celle du Pic de Cagire, sont autant de repères visuels. Ils dessinent les horizons des vallées et captent le regard.
  • À l’ouest et à l’est, respectivement, la vallée de la Garonne et les Petites Pyrénées ferment de leurs versants l’unité paysagère.

C’est au cœur de cet écrin, que se découvrent les paysages de ce Comminges pré-pyrénéen.

L’unité s’organise en un système de vallées, plus ou moins larges et encaissées :

  • Les vallées resserrées où le regard est cadré par les reliefs. Ici les massifs forestiers dominent. Lorsque la pente s’infléchit, les bois laissent place aux prairies. Les vallées sont étroites, creusées par les cours d’eau et leur fond est cultivé, parcouru d’une trame bocagère.
  • Les vallées ouvertes : le relief s’aplanit, les vallées s’évasent et le passage de l’une à l’autre est large. Le parcellaire s’élargit, les cultures dominent et les boisements sont à l’état résiduel. La trame bocagère tend à disparaître.
  • Les larges vallées : amples et planes, elles reçoivent les grandes infrastructures (routes, énergie…), les pôles urbains et économiques.

La végétation, l’occupation du sol, les pratiques agricoles appartiennent au vocabulaire de la moyenne montagne.

Les pentes des reliefs trop raides pour être cultivées se couvrent de boisements et cette organisation de reliefs boisés et de fonds de vallée cultivés sont l’identité de cette unité paysagère.

Les fonds de vallée ou de vallon sont majoritairement occupés par des prairies naturelles associées aux pratiques d’élevage.

Le végétal s’organise en masses sous forme de boisements ou en cordons. Ils accompagnent alors les cours d’eau, les parcelles ou les chemins.

Ainsi, des linéaires de haies de type bocager, se maintiennent au milieu des prairies, en général aux abords des villages, notamment dans la partie amont de l’unité. Ici et là des arbres isolés ponctuent ces paysages de vallée.

Ces vallons et fonds de vallée sont parcourus par un vaste réseau de ruisseaux à faible pente qui vont se jeter dans les principaux cours d’eau : la Garonne à l’ouest, le Ger et le Job au centre, l’Arbas et le Salat à l’est. Ces cours d’eau sont souvent discrets et se lisent dans le paysage par les ripisylves qui les accompagnent.

Caractérisation des paysages

  • Des versants boisés.
  • Un réseau hydrographique dense.
  • Une trame bocagère.
  • Des fonds de vallées cultivés et pâturés.
  • Des villages groupés (fond de vallée ou sur éperons rocheux).
  • Des fermes isolées et discrètes.

Palette de couleurs, reflets de diversité

  • Le vert foncé des boisements
  • Le vert clair des prairies
  • Le marron du bois des claustras, des éléments de charpente apparents ou des bardages des granges
  • Le rouge brique des tuiles
  • Les différentes nuances de gris et d’ocre de la pierre
  • Les tons ocres ou gris des enduits
Bloc Diag - COLRESLAU
Village groupé
Le cours d’eau et sa ripisylve
Les versants boisés
Bloc Diag - COLRESLAU
Village groupé
Le cours d’eau et sa ripisylve
Les versants boisés
previous arrow
next arrow
Motifs paysagers - CP
Les versants boisés, trop raides pour être cultivés, cadrent les vallées.
Les fermes et arbres isolés ponctuent les paysages. Les fermes s’installent au plus près des cultures
Fond de vallée occupé par les prairies de fauche ou pâturées, les cultures, et parcouru par un maillage bocager.
Le cours d’eau révélé par sa ripisylve
Le village groupé autour de son église
Exit full screenEnter Full screen

CE QUI FAIT PAYSAGE - LE SOCLE SUPPORT

Sols, relief, eau & végétation​

Identification des caractères physiques de l'unité

  • Géologie
  • Géomorphologie
  • Hydrographie
  • éléments de nature

Les anciennes terrasses de la Garonne cèdent leur place aux piémonts commingeois, amorces des hauts sommets pyrénéens.

La géologie se complexifie et la diversité des roches annonce les formations pyrénéennes.

Une série de flyschs noirs font place aux marnes, les couches s’organisent dans une direction est/ouest.

Les roches sont majoritairement siliceuses. Quelques secteurs calcaires du Barrémien apparaissent, et constituent quelques-uns des sommets comme le Pic de Cagire.

Les roches jurassiques se sont redressées au contact des roches primaires et plongent vers le nord en un grand pli synclinal. Le cœur de ce pli est rempli de marnes.

  • Les roches primaires ont été ramenées à la surface lors de l’orogenèse des Pyrénées.
  • Les formations primaires se composent de deux catégories :
  • Les schistes et calcschistes noirs, matériaux meubles.
  • Les grès et les schistes.

Ensuite les formations secondaires constituées des dolomies, marnes et calcaires ont dessiné croupes, crêtes et combes.

Ces roches, visibles pour certaines par les affleurements rocheux, s’appréhendent également via les constructions traditionnelles, où elles constituent les matériaux principaux.

Une autre spécificité géologique notable est le bombement de Montclar et de Cassagne, constitué des grès de Furne et des calcaires de Belbèze.

Mais ce qui caractérise l’unité paysagère est la présence de trois massifs karstiques, ensemble calcareo-dolomitique dans lesquels se développe un vaste réseau de grottes et de dolines :

  • Le massif de Gar-Cagire drainé par le Job et le Ger.
  • Le massif de Sauveterre de Comminges à l’ouest.
  • Le massif de Gantiès à l’est qui présente des potentiels de karstification variés.

Au sud de l’unité paysagère apparaissent les terrains métamorphiques carbonatés avec des affleurements de lherzolites, roche métamorphique issue des péridotites.

Les altitudes présentent une amplitude supérieure à 1 600m, avec un point bas relevé à 281m aux abords de Salies-du-Salat dans la vallée du Salat, en approchant de son point de confluence avec la Garonne, et les points hauts du Pic du Gar, du Pic de Cagire et du Pic de Paloumère, proche de 1 800m pour le premier, et supérieurs à 1 900m pour les suivants.

Du nord au sud, l’élévation des altitudes est d’abord progressive puis s’accélère brutalement, avec en premier lieu un ensemble de collines boisées et de vallons ou petites vallées agricoles, jusqu’à une ligne de points hauts aux alentours de 500/800m, puis une rapide accentuation des dénivelés et un net resserrement des vallées jusqu’à cette première ligne de massifs imposants et emblématiques de la Haute-Garonne des massifs de Gar-Cagire et d’Arbas (ou de Paloumère), omniprésents dans les perceptions à l’échelle du département.

Le Comminges pré-pyrénéen s’inscrit ainsi en interface entre la vaste plaine garonnaise, les collines de l’éventail gascon, et les montagnes plissées pyrénéennes, et fait état d’une géologie complexe et variée, avec une très grande diversité de roches à dominante siliceuse, d’où émergent les massifs calcaires et karstiques des plus hauts sommets.

De cette richesse géologique et des massifs boisés perchés jaillissent de nombreuses sources, qui alimentent un réseau considérable de cours d’eau polymorphes et de régimes d’importances inégales, et qui tissent une maille diversifiée de gorges, de vallées étroites, de vallons parfois difficiles d’accès.

Cette maille converge vers les quatre principaux cours d’eau au cœur de cette unité paysagère, principalement orientées sud-nord vers la vallée de la Garonne (et même cinq cours d’eau en considérant la Garonne elle-même), qui dessinent les contours du cœur agricole du Comminges pré-pyrénéen.

Outre la Garonne qui longe le flan ouest de l’unité paysagère, le réseau hydrographique du Comminges pré-pyrénéen est constitué de quatre rivières principales (le Job, le Ger, l’Arbas, le Salat), elles-mêmes alimentées par plusieurs centaines de rus et ruisseaux (ou « goutes »).

Tantôt libre, tantôt domestiquée, l’eau est omniprésente mais finalement discrète.

La rivière se lit souvent par les cortèges végétaux qui l’accompagnent (ripisylves constituées ou denses, ou simples cordons), plus qu’elle ne se voit.

Par ailleurs, il résulte de ces cours d’eau un ensemble de petites zones humides, riches en biodiversité, qui peuvent aussi bien se situer au cœur de boisements qu’en zone de prairie.

Trois typologies de cours d’eau

  • le ruisseau ou la rivière en milieu construit : ce type de cours d’eau est ceint de murets en pierre ou bordé d’habitations, et s’insère entre les voiries ou autres espaces publics et les jardins privatifs.
  • le ruisseau ou la rivière de faible emprise : bordé d’une ripisylve quasiment continue. Ses méandres ondulent et présentent des dépôts alluvionnaires en partie convexe, formant de petites plages parfois colonisées par la végétation.
  • la rivière large : sa largeur est conséquente et nécessite d’importants ouvrages de traversées. Sa ripisylve discontinue laisse largement apparaitre la surface de l’eau.

Zone à dominante calcaire, l’unité paysagère présente un couvert végétal marqué par la rencontre des influences atlantique, méditerranéenne et montagnarde.

Sa situation à l’intersection de ces différentes influences et son étagement entre 280 m d’altitude et environ 1900m, expliquent la grande diversité de milieux qu’on y rencontre.

On passe ainsi d’ensembles de collines vallonnées à des reliefs bien plus montagnards, le tout majoritairement forestier.

Les versants sud sont marqués par des faciès secs, en général sur sols peu profonds liés aux affleurements calcaires. On y trouve des pelouses et des boisements d’affinité méditerranéenne (chênes verts et/ou chênes pubescents).

En dehors de ces situations les plus sèches, la majorité des massifs boisés sont couverts par une chênaie-charmaie (chênes pédonculés et charmes) avec une diversité de formations de feuillus mixtes, sous influence atlantique.

Dès que l’on prend de l’altitude ou que l’on bascule vers les versants nord, ces boisements évoluent vers des formations de type montagnard : tiliaie, hêtraie.

En limite sud de l’unité paysagère, on commence également à rencontrer des formations d’altitude : sapinières, voire pins à crochet et bois d’If (forêt de Paloumère).

Outre les abords des cours d’eau, ses vallées renferment de petites zones humides, milieux de forts intérêts abritant une multitude d’espèces menacées et patrimoniales.

Au niveau piscicole, les principaux cours d’eau (Garonne, Salat) sont primordiaux pour la circulation des poissons migrateurs protégés.

Les zones rocheuses et les réseaux karstiques, associés à de vastes territoires de prairies de fauche sont favorables à de nombreuses espèces de chauves-souris.

Ce territoire est également d’importance pour de nombreux oiseaux patrimoniaux et notamment de rapaces.

Enfin, on notera l’ampleur des espèces végétales exotiques envahissantes qui marquent les paysages, notamment sur les bords de routes et le long des cours d’eau.

CE QUI FAIT PAYSAGE - LES ACTIONS DE L'HOMME

Activités économiques, infrastructures, bâti & architecture ​

Qualification des marqueurs d'anthropisation du territoire

  • Pratiques et Usages
  • Infrastructures
  • Formes urbaines
  • Caractères architecturaux
  • Patrimoine

L’agriculture

L’activité agricole se reflète par les bâtiments agricoles, disséminés sur l’ensemble du territoire, principalement dans les vallées et sur leurs premières pentes, ou sur des replats plus hauts perchés.

Le niveau de dissémination est important, et rares sont les secteurs inoccupés, limités aux reliefs accidentés.

Cette répartition traduit le pouls économique de l’unité paysagère, rythmé essentiellement par l’agriculture, et notamment par l’élevage. Les prairies représentent ainsi la majorité de la surface agricole, complétée par des parcelles cultivées.

Ces terres agricoles se répartissent en fond de vallée et délaissent les espaces à forte pente, notamment dans les parties sud et ouest du territoire.

Les fermes sont ancrées dans l’Histoire des lieux et répondent directement à l’identité locale, avec leurs façades enduites, leur association intime avec la végétation omniprésente, leurs toitures canal, la présence notable du bois, de la pierre.

Les hangars plus récents, expriment avec force leur vocation technique par leurs grandes dimensions, la rigidité de leur forme, la multiplicité de leurs matériaux industriels, leurs toitures à grands pans constituées de tôles peintes ou non, la mise à distance de la végétation pour accroître la simplicité d’usage.

L’habitat

L’habitat prend la forme de regroupements répartis principalement en fond de vallée et à la naissance des reliefs, ou pour certains sur des éperons rocheux peu marqués.

Les matériaux sont traditionnels et cohérents, associant les murs enduits, la pierre, le bois, les tuiles canal. Les formes sont simples et ramassées.

Ce secteur ne subit pas de pression urbaine, et voit au contraire une partie de son patrimoine bâti se détériorer par les actions du temps et des intempéries, faute de rénovation.

Le tourisme

L’activité touristique tire parti des atouts patrimoniaux du territoire et en particulier des sites de Saint-Bertrand-de-Comminges et Valcabrère, labellisés Grand Site Occitanie.

Mais le Comminges pré-pyrénéen et ses paysages du piémont constituent également un terrain idéal pour les pratiques sportives de plein air (randonnée, le VTT, cyclisme, trail, escalade…).

Enfin, les thermes de Salies-du-Salat attirent les curistes qui bénéficient des bienfaits d’une eau salée provenant de la nappe sous-jacente.

L’impact de l’activité touristique sur les paysages reste modéré, puisque cela n’a pas abouti à la production de formes bâties déconnectées du territoire, en partie aussi car les activités proposées sont souvent de pleine-nature.

Les activités et commerces

La majorité des commerces occupe les cœurs de bourgs des plus grandes communes, de nombreux villages ne disposent en revanche d’aucun commerce.

L’unité paysagère est ainsi préservée des zones d’activités, qui se limitent à quelques espaces autour de Mane.

Croquis US - COMPYR
Occupation urbaine
Habitat groupé autour de l’église
Habitat groupé autour de l’église
Hangar agricole moderne
Bâti agricole traditionnel détaché du centre-bourg, et élevage ovin
Ferme isolée en plaine
Exit full screenEnter Full screen

L’unité paysagère apparaît relativement peu maillée du point de vue des voies routières primaires, et notamment dans sa transversalité est/ouest, pour laquelle il n’existe pas d’axe majeur véritablement identifié, mais un ensemble de Routes Départementales serpentant au cœur du relief.

Directement dépendante de cette géomorphologie particulière de moyenne montagne (relief en particulier), la structuration viaire du Comminges pré-pyrénéen prend appui sur une toile de voies de dessertes locales organisée autour des villages, et sur trois axes principaux nord / sud :

  • au centre, un corridor privilégié constitué par l’enchainement de la RD5 et de la RD618), le long du Ger.
  • à l’est, la RD117 assure une liaison importante entre l’autoroute A64 et Perpignan.
  • à l’ouest, dans la vallée de la Garonne, la RN 125 s’affirme en axe de liaison majeur avec l’Espagne et vers les stations.

Ces axes offrent un rapport riche et immédiat à la nature environnante, avec ses prairies ouvertes, ses haies libres, ses bosquets, ses arbres isolés et ses nombreux massifs boisés.

Cette diversité végétale vient très souvent directement chercher le plateau enrobé des routes.

Plutôt rectilignes, les routes départementales permettent de relier efficacement les principaux bourgs, tandis que les voies locales, par leurs nombreuses ramifications et leurs bouclages, proposent un maillage pertinent à l’échelle du village et de l’exploitation agricole.

Quelles qu’elles soient, les routes constituent des rubans très communiquant, et traduisent les spécificités de l’unité paysagère, en offrant à la fois une progression amène dans l’élévation du relief et dans la densité végétale, et des capacités de mobilité pertinentes et suffisantes au regard de l’économie locale.

Les infrastructures de production ou de transport d’énergie se répartissent dans les vallées les plus larges : lignes haute tension dans la vallée de la Garonne, lignes haute tension et centrales hydroélectriques dans la vallée du Salat.

Les communes du Comminges pré-pyrénéen ne possèdent pas toutes un véritable bourg constitué, et sont souvent caractérisées par un bâti épars.

Aux allures de hameaux, ou de petits villages, ils sont souvent organisés autour d’un axe principal pour les premiers, ou d’un à deux axes pour les seconds.

Sur cette ossature primaire, le bâti s’associe de part et d’autre en un front continu à discontinu, pouvant parfois créer un effet de couloir proche des villages-rues, ou de façon plus aérée par la présence de cours ou de jardins privatifs.

On note pour certaines communes une tendance à l’éclatement de ce schéma avec des ramifications supplémentaires, et l’apparition d’un habitat qui perd progressivement les marqueurs des caractères architecturaux des bâtiments plus anciens.

Les regroupements plus importants présentent une physionomie variable, mais dictée par les reliefs et micro-reliefs, en épousant le pied des promontoires, ou en étant eux-mêmes installés en points hauts plus ou moins marqués.

Cette contextualisation des implantations apparaît néanmoins en perte d’évidence, avec le développement de formes de lotissements.

Outre ces regroupements, le territoire de l’unité paysagère est constellé de petites unités bâties isolées, correspondant principalement à des exploitations agricoles.

Celles-ci sont elles-mêmes régulièrement dissociées géographiquement et fonctionnellement, avec d’un côté le corps habité, et de l’autre le hangar ou ensemble de hangars, au cœur des parcelles de production ou d’élevage.

Un mouvement « intermédiaire » apparaît sur certaines communes par l’appropriation ou la réinterprétation de ce statut d’isolement des exploitations, avec des pavillons qui pénètrent plus en profondeur dans les territoires agricoles, voire prennent de la hauteur sur des terrains jusque-là boisés ou exploités.

Cette configuration dissonante par rapport au socle culturel et géographique, s’accompagne parfois d’une perte des marqueurs des constructions traditionnelles.

Révélatrices des ressources locales, les constructions traditionnelles recourent à des matériaux variés : pierre sèche, pierre de taille, terre crue, torchis, enduit à la chaux issu de sable de terre ou de rivière, bois, tuile.

Ces matériaux reflètent l’identité de ce territoire, et s’associent en ensembles architecturaux qui témoignent également d’un héritage culturel spécifique et polymorphe.

La ferme commingeoise

Témoin du système agraire du Comminges durant tout le XIXe siècle (polyculture vivrière), ce type de bâti se retrouve dans les villages et en campagne. La ferme commingeoise est constituée d’un volume bâti compact à un étage, en pierre, et d’un volume agricole en angle droit, marqué :

  • soit par des claustras en bois caractérisés par le raffinement des techniques de charpenterie utilisées, leurs formes et couleurs diverses.
  • soit par des éléments de charpente apparents et géométriquement organisés.

La Maison carrée du Comminges

Construite sur la base du volume simple éponyme, en pierre ou parfois en terre crue, c’est une maison bourgeoise à la façade soignée et régulière, orientée sur une cour au sud. Une grange est parfois insérée au nord dans le corps d’habitation, et joue alors le rôle de tampon thermique.

Dans un style architectural similaire, est apparue au XIXe siècle la «Maison des américains», au retour des Commingeois partis faire fortune aux Amériques. Cette construction se distingue de la maison carrée type par ses décorations et ses enduits soignées, et par l’absence d’annexes agricoles.

La Maison à galerie

La maison à galerie a pour principale spécificité la présence d’une galerie extérieure construite au sud, sur la façade principale ou parfois même en pignon.

Cette galerie a vocation à accumuler la chaleur, constituant une zone agréable propice au séchage des cultures mais également à la réalisation de petits travaux domestiques.

Constituée de poteaux en bois, parfois ouvragés, elle a également une valeur décorative puisque des lambrequins en ornent le plus souvent la partie haute.

La maison en pan de bois

Étroites et parfois hautes, les maisons en pan de bois constituent un héritage du Moyen-Âge. L’ossature qui les caractérise est composée d’un appareillage de poteaux droits et obliques en bois de Chêne, visible sur rue ou recouvert d’un enduis de couleur chaude et/ou lumineuse.

Certaines habitations possèdent des encorbellements sur rue.

Les spécificités de ces formes architecturales particulières, et les matériaux propres à ce territoire, ont constitué et constituent des sources d’inspiration pour le bâti au fil du temps.

Les multiples hameaux et petits bourgs voient néanmoins parfois l’émergence de caractères banalisés importés (pavillon péri-urbain), dont la maîtrise constitue de toute évidence un enjeu en termes d’identité et d’évolution du Comminges pré-pyrénéen.

Les édifices religieux

Ils se déclinent sous différentes formes, des plus emblématiques (les églises) au plus discrètes (les croix, les oratoires, les chapelles), et ont orienté le paysage autant qu’ils lui appartiennent.

Les bourgs se sont en effet structurés autour de leur église. La plupart date du Moyen-Âge, et s’inscrit dans l’architecture Romane.

Remaniés plus ou moins en profondeur, certains édifices témoignent également de fortes influences de l’architecture Gothique, mais cette inspiration n’entre pas en concurrence avec l’âme Romane, qui s’affiche largement en marqueur du territoire.

Les fontaines et lavoirs

A son échelle, ce petit patrimoine témoigne avec force de l’attachement des habitants à leur terre, en captant ou en guidant les eaux qui parcourent ce territoire, pour en tirer profit dans leur vie quotidienne.

Couverts ou à l’air libre, en cœur de bourg ou plus isolés, ils constituent des points de ralliement majeurs, et ont été et sont encore le support de relations sociales sans cesse réinventées.

Les ponts

Que l’on s’attache au patrimoine historique ou technique, les ponts constituent des points de franchissement rares, qui déterminent le tracé des routes et les déplacements de tout un chacun.

Long ou court, techniquement élaboré ou simple, en pierre ou en béton, imposant ou discret, le pont s’établit toujours en un moment privilégié, où le regard s’évade directement sur le grand paysage ou sa compréhension, et ce quelle que soit sa profondeur de champ.

LES PAYSAGES VÉCUS

Caractérisation des représentations sociales

& des systèmes de valeur associés par les populations à un paysage

Les perceptions sur les paysages ont été recueillies auprès des habitants du département à l’occasion d’une enquête en ligne spécifique.

La synthèse présentée ci-après évoque des lieux et paysages hors de l’unité paysagère, mais cités par ses habitants. Le paysage vécu englobe bien souvent les paysages limitrophes. Les perceptions recueillies auprès des habitants des territoires du département ne peuvent donc être traduites avec la même sectorisation que celle des unités paysagères.

Un lieu emblématique souvent cité par les habitants du Comminges pré-pyrénéen est Saint-Bertrand-de Comminges, ainsi que le Luchonnais et la montagne à portée de main… comme le Pic de Cagire.

Le Comminges est vécu à travers les petits villages, la nature proche et préservée, la montagne et les lieux cachés.

On est loin des lieux urbains qui restent, pour une grande partie des habitants qui se sont exprimés dans l’enquête, des lieux à éviter. Dans le Commines pré-pyrénéen, le regard est vraiment tourné vers la montagne…

« Des lieux intimes… ? Tous les petits endroits du coin mais je ne le dis pas » (Habitant, Aspet)

Le Comminges Pré-Pyrénéen est vécu comme un paysage plutôt préservé avec une atteinte modérée de l’expansion urbaine que connaissent d’autres territoires.

Pour plus des 2/3 des expressions recueillies, le paysage n’a pas bougé ou bien s’est amélioré. Cette tendance est à l’inverse du reste du département.

Dynamiques paysagères

Transformations des paysages

marqueurs d'évolution & identification

  • Facteurs d'évolution
  • Transformations identifiées
  • Dynamiques paysagères
  • Enjeux & cibles d'action

L’analyse diachronique permet de révéler les évolutions d’un territoire.

Dans le cas du Comminges pré-pyrénéen, cela illustre avant tout la stabilité de ce territoire, qui a finalement connu assez peu d’évolutions majeures, du moins dans son organisation.

La dissémination des villages sur tout le territoire de l’unité paysagère, regroupés en fond de vallée et à la naissance des reliefs, voire sur de petits promontoires, a perduré. Si certains ont pris de l’ampleur, en particulier dans les vallées structurantes du territoire (Arbas, Garonne, Ger), à l’image de Salies-du-Salat devenue un des pôles d’emploi secondaire du Comminges, d’autres se sont stabilisés. Il en va ainsi de Saint-Bertrand-de-Comminges, dont le bourg fortifié et les alentours ont peu évolué.

La carte d’état-major donne l’image d’un territoire dominé par les boisements établis sur les reliefs, interrompus par les espaces agricoles des vallées et micro-vallées. Bien que cette répartition des habitats soit en cours de mutation, cette image est encore aujourd’hui bien réelle.

Les atouts

  • Des paysages remarquables, un patrimoine historique et naturel de qualité.
  • Une offre riche de loisirs récréatifs au sein des grands espaces de nature.
  • Des ressources naturelles en quantité : eau, bois, production hydroélectrique…

Les fragilités

  • Taux de vacance de l’habitat important dans certaines communes.
  • Exposition aux risques majeurs1 : risque sismique moyen à modéré, inondabilité, potentialité forte sur certains secteurs d’éboulements ou glissements de terrain, aléa mouvement de terrain, rupture de barrages.

Les politiques d’aménagement et de gestion

Il y a dans la préservation des sites et des paysages des mesures de protection et de gestion. Les protections (site classé, monument historique…) reconnaissent la valeur patrimoniale d’un site, d’un bâtiment et prennent les dispositions pour leur conservation. D’autres espaces sont soumis à réglementation, notamment au sein du réseau Natura 2000. Les projets d’aménagements concernés par ces périmètres font l’objet de dispositions réglementaires spécifiques. Plus largement, en regard des évolutions identifiées, l’atlas formalise les objectifs de préservation et de valorisation de tous les paysages.

Le graphique exprime les dynamiques paysagères et urbaines de l’unité paysagère, entre 1950 et aujourd’hui.

Il rend compte d’une manière synthétique des évolutions ayant un impact sur les paysages de l’unité paysagère.

Le gradient attribué à chaque item est le fruit d’une analyse quantitative, issue d’observations de terrain, d’analyse de données et d’étude de cartographies.

Les dynamiques paysagères entre 1950 et 2021

Territoire profondément agricole, ancré dans un relief pré-montagneux, le Comminges pré-pyrénéen est resté loin des phénomènes d’urbanisation massive, préservant des paysages de qualité. Des extensions urbaines localisées le long des axes, à partir des centres-bourgs sont toutefois à noter, datant de la fin du XXe siècle. La dynamique démographique actuelle (en baisse), loin de laisser penser à un développement urbain massif, alerte en revanche sur la conservation du patrimoine bâti et la désertification des cœurs de villages.

La principale cause de transformation des paysages est ici, sans nul doute, l’évolution du modèle agricole. L’abandon progressif du système de polyculture-élevage, la baisse constante du nombre d’agriculteurs, l’augmentation de la taille des exploitations et la modernisation du métier ont entrainé des modifications plus ou moins subtiles dans le bocage commingeois. La mosaïque de cultures et de prairies a peu à peu laissé place à une prédominance des prairies, les espaces à forte pente se sont enfrichés, les fermes et granges ont été secondés par de vastes bâtiments techniques…

Les carrières d’extraction de matériaux, si elles peuvent avoir un impact indéniable sur les paysages en fonction de leur emplacement, engendrent des transformations plus localisées. Plutôt en phase de fermeture actuellement (une seule encore en activité) ces espaces tendent à retrouver un « aspect » naturel (reboisement).

Ainsi, les évolutions des paysages du Comminges Pré-pyrénéen se traduisent principalement par :

  • L’apparition de bâtiments agricoles peu intégrés à leur environnement.
  • L’enfrichement des zones les plus pentues.
  • La réduction du petit parcellaire et la densification du maillage bocager.

Dynamiques urbaines

La démographie à la baisse sur la quasi-totalité du Comminges pré-pyrénéen depuis la fin du XXe siècle a permis de préserver les espaces naturels et agricoles des processus d’urbanisation massives, même si des extensions urbaines sont apparues dans les années 1970-80.

Ces dernières années, certaines communes perdent de nombreux habitants1 (Sauveterre-de-Comminges, Salies-du-Salat…), phénomène inquiétant quant à la conservation du patrimoine bâti.

Les extensions urbaines

  • Diffusion de la tâche urbaine, souvent le long des axes à partir du centre-bourg, pour une partie des villages de l’unité paysagère (principalement en vallées de l’Arbas, de la Garonne et du Ger). Processus datant de la fin du XIX siècle, pas de pression urbaine actuellement.

Évolution des formes urbaines et caractères architecturaux

  • Nouvelles constructions empruntant pour la plupart les caractéristiques architecturales et urbaines locales.
  • Taux de vacance important, part notable du patrimoine bâti à l’abandon nécessitant des rénovations.
  • Beaucoup de villages ont gardé leur forme initiale, structurés autour de l’église puis ramifiés le long des rues. Il existe malgré tout quelques lotissements aux formes standardisées.
  • Apparition localisée de pavillons aux attributs banalisés, parfois sur les hauteurs, sur des terrains jusque-là boisés ou exploités.

Dynamiques des milieux NATURELS

Les dynamiques associées aux milieux naturels sont pour beaucoup liées aux pratiques agricoles et à leur évolution, avec en particulier la fermeture partielle des paysages due à l’enfrichement de prairies naturelles.

  • Perte d’habitats naturels avec la diffusion de l’habitat et des activités (très modérée)
  • Perte de biodiversité liée à l’abandon de cultures extensives (peu productives) favorables à la biodiversité (prairies naturelles de fauche, prairies humides, zones de bocage,…) entrainant l’extension des friches puis un retour progressif à un autre état naturel.
  • Transformations lentes des conditions favorables aux populations animales et végétales, induites par le changement climatique, entrainant une « remontée » des espèces montagnardes.
  • Développement de plantes invasives le long des routes et cours d’eau.

Dynamiques agricoles

L’agriculture en revanche a connu à partir de la période d’après-guerre de profondes modifications : recul constant du nombre d’agriculteurs, mécanisation…qui impactent directement les paysages.

Évolution des pratiques

  • Transformation du modèle agraire de type polyculture élevage en un système consacré presque exclusivement à l’élevage, avec une majorité de prairie de fauche ou de pâture.
  • Augmentation de la taille des parcelles (fin du XXe siècle).
  • Bâtiments agricoles récents peu intégrés (forme rigide, dimensions importantes, matériaux industriels, mise à distance de la végétation).

Évolution du maillage bocager

  • Densification des haies existantes, absence de recul de la trame bocagère.

Enfrichement des terres

  • Perte de terres agricoles au profit de boisements, en particulier sur les espaces à forte pente.

Dynamiques économiques

L’économie du Comminges pré-pyrénéen est principalement orientée vers l’agriculture et plus récemment vers le tourisme vert, ce qui explique que les dynamiques économiques aient relativement peu d’impact sur les paysages.

Développement des équipements

  • Unité paysagère préservée des zones d’activités consommatrices d’espaces et sans lien avec les spécificités du territoire, à l’exception de quelques emprises autour de Mane.

Développement des infrastructures de transport

  • Construction de plusieurs tronçons de voies nationales ou départementales, dont la RN125, implantée dans la vallée de la Garonne.

Exploitation des ressources du sous-sol

  • Plusieurs carrières d’extraction, dont la période d’exploitation est aujourd’hui terminée pour la plupart, ayant une conséquence directe sur les perceptions paysagères pendant leur activité (infrastructures, artificialisation terres agricoles) et après (question de leur reconversion, souvent en plan d’eau ou enfrichement).
  • Impact paysager direct des carrières de pleine masse (fronts de taille des carrières de Gourdan-Polignan, Izaourt…).

Développement touristique

  • Tirant parti des atouts patrimoniaux de son territoire (Saint-Bertrand-de-Comminges et Valcabrère…) et des possibilités de loisirs de pleine-nature, l’activité touristique du Comminges pré-pyrénéen produit peu d’impacts sur les paysages, clé de son attractivité.

Des ateliers territoriaux participatifs ont été l’occasion d’écouter les habitants et de recueillir leurs souhaits d’évolution de leurs paysages du quotidien sous 20 ans. Débattues au cours des ateliers, ces attentes constituent des cibles d’action.

Agriculture

  • Conservation des éléments identitaires.
  • Limiter la fermeture des paysages.
  • Développement des circuits courts et d’une agriculture de proximité.
  • Diversité de l’agriculture et revenir à une polyculture.
    Intégration du bâti agricole.

Milieux naturels

  • Maintien des corridors écologiques, des boisements, des prairies.
  • Choix d’espèces adaptées au changement climatique.
  • Promotion de l’agroforesterie.
  • Utiliser des espaces pour la prévention des risques.
  • Encourager les forêts gérées, diversifiées et entretenues.

Infrastructures

  • Développer le réseau ferré.
  • Encourager l’enfouissement des lignes haute tension.
  • Développer un tourisme responsable.

Villages

  • Préserver l’architecture et la forme des villages.
  • Entretenir et restaurer le bâti traditionnel.
  • Repeupler les villages.
  • Grands lotissements à éviter.
  • Resserrement de l’habitat.
  • Maintien des commerces de proximité et d’un cœur de village convivial.

Urbain

  • Encadrer les nouvelles constructions et réglementer leur aspect pour qu’il soit en harmonie avec les caractères locaux.
Bloc Diag - COM-PYR
Les extensions urbaines, habitat et activités
Respect des caractères architecturaux locaux et autoriser leurs réinterprétations.
Des nouvelles formes urbaines cohérentes avec l'existant et la topographie pour assurer l'insertion dans le site et limiter l'artificialisation des sols.
Les espaces de nature et les cours d'eau
Entretien et maintien des ripisylves en tant que corridors écologiques et éléments de structure paysagère et de lecture du cours d'eau dans le paysage.
Choix d'espèces végétales en anticipant les conséquences du réchauffement climatique tout en veillant à ne pas transformer les ambiances végétales : espèces résistantes à la sécheresse.
Préservation des prairies de fauche et des prairies humides favorables à l'enrichissement de la biodiversité.
Les villages et les centres historiques
Préservation de la silhouette des villages en tant que points de repères dans le paysage et éléments de l'identité paysagère d'un territoire
Maintien d'un coeur de village convivial et dynamique avec ses commerces de proximité pour éviter leur désertification
Valorisation du patrimoine classé et ordinaire, accompagnée de mesures pour l'accueil des visiteurs pour maintenir un territoire vivant

L'agriculture

Entretien du patrimoine agricole.
Soin à apporter aux nouveaux bâtiments d'exploitation.
Développement de dynamiques locales en faveur du maintien des agriculteurs, pour limiter l'enfrichement.
Maintien des activités d'élevage pour entretenir et préserver les prairies.

Le tourisme

Protection des sites, paysages et bâti remarquables
Gestion de la fréquentation pour limiter l'impact de l'attractivité touristique sur les paysages, et en particulier de la voiture : gestion du stationnement, développement des transports collectifs (train, navettes...)
Exit full screenEnter Full screen
Carte d'identité

Données administratives & démographiques

Identité administrative de l'unité paysagère

31

hab/km²

15017

habitants

Établissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) concernés

Communauté de communes Cagire Garonne Salat
Communauté de communes Coeur et Coteaux du Comminges
Communauté de communes Pyrénéens Haut Garonnaises

59 communes

Antichan-de-Frontignes
Arbas
Arbon
Arguenos
Aspet
Aspret-Sarrat
Bagiry
Barbazan
Belbèze-en-Comminges
Cabanac-Cazaux
Castagnède
Castelbiague
Cazaunou
Chein-Dessus
Couret

Encausse-les-Thermes
Escoulis
Estadens
Fougaron
Francazal
Fronsac
Frontignan-de-Comminges
Galié
Ganties
Génos
Herran
His
Izaut-de-l’Hôtel
Juzet-d’Izaut
Labroquère

Lespiteau
Lourde
Luscan
Malvezie
Mane
Marsoulas
Milhas
Moncaup
Montastruc-de-Salies
Mont-de-Galié
Montespan
Montgaillard-de-Salies
Ore
Payssous
Razecueillé

Régades
Rieucazé
Rouède
Saint-Bertrand-de-Comminges
Saint-Pé-d’Ardet
Saleich
Salies-du-Salat
Sauveterre-de-Comminges
Seilhan
Sengouagnet
Soueich
Touille
Urau
Valcabrère

Partiellement : Ardiège – Bezins-Garraux – Boutx – Cier-de-Rivière – Figarol – Gourdan-Polignan – Huos – Labarthe-Rivière – Mazères-sur-Salat – Miramont-de-Comminges – Montsaunès – Pointis-Inard – Roquefort-sur-Garonne – Saint-Gaudens et Valentine.